,

Une campagne de prospection géothermique fructueuse sur La Côte


Le sous-sol renferme bien des ressources, dont une particulièrement attractive pour notre système énergétique tout en étant clémente avec le climat: la géothermie.

Afin d’imager le sous-sol, mieux le comprendre et évaluer son potentiel géothermique, il est souvent nécessaire en Suisse d’effectuer une campagne de prospection. Une telle campagne consiste généralement à utiliser des méthodes géophysiques non invasives de surface pour collecter des données sur le sous-sol qui permettront, après analyse et interprétation, d’identifier un ou plusieurs environnements géologiques favorables à l’exploitation de la chaleur contenue dans le sous-sol profond. Seul un forage exploratoire permettra de confirmer – ou d’infirmer, car rien n’est jamais garanti dans le sous-sol – la présence d’une telle ressource et, le cas échéant, de la caractériser dans le but de l’utiliser pour la production d’électricité et/ou de chaleur.

Trois campagnes de prospection dans le but d’identifier des ressources géothermiques ont été réalisées ces douze derniers mois en Suisse, plus précisément dans les cantons de Vaud, Genève et Bâle-Ville. La campagne de prospection vaudoise réalisée l’été dernier par EnergeÔ SA vient de livrer ses premiers résultats: les nouvelles sont bonnes pour l’approvisionnement en chaleur de la région de La Côte.

De belles perspectives géothermiques sur La Côte
En août 2021, des camions vibreurs ont collecté des données sur un territoire d’environ 414 km2, traversant de nuit une trentaine de communes dans la partie sud-ouest du district de Morges. Deux lignes ont été tirées: une de 11 km allant de Saubraz à Montricher et une deuxième, de 27 km, partant de la région d’Aubonne/Etoy et se terminant dans la région de Nyon. L’analyse de ces données sismiques a montré le haut potentiel géothermique de cette partie du territoire vaudois.

Mais cette ressource géothermique n’a lieu d’être exploitée que si des besoins de chaleur existent en surface. Après une première analyse des besoins des communes du territoire prospecté, une dizaine d’opportunités de développer la géothermie a été identifiée. La profondeur de ces potentiels projets varie de 100 m à 2’300 m, ciblant des eaux géothermales de 25°C à 90°C. Chacun de ces projets a donc ses propres impératifs techniques et un échéancier unique.

L’un des projets les plus prometteurs se situe à Nyon où une forte adéquation entre les ressources géothermiques et les besoins de chaleur de la ville a été mise en lumière. Les conditions sont effectivement propices pour alimenter le futur réseau de chaleur à distance de Nyon. En effet, dans le sous-sol, l’aquifère du Dogger (couche géologique) situé à 2’300 m de profondeur a été suffisamment caractérisé pour envisager directement de forer. En surface, outre la valorisation de la chaleur géothermique, deux parcelles ont déjà été identifiées comme étant adéquates pour recevoir, dans un premier temps, une plateforme de forage, puis, à terme, une centrale thermique. La planification fine de ce projet est en cours.

Pour savoir si La Côte deviendra bientôt aussi célèbre pour ses projets de géothermie que pour ses vins, il faudra forer. Le premier forage d’EnergeÔ SA aura lieu dans le village de Vinzel au début de l’automne et pourrait permettre de confirmer la productivité d’un des environnements géologiques situé à 2’300 m de profondeur et identifié comme prometteur dans la région de La Côte.

Nicole Lupi, spécialiste de la géothermie profonde à l’OFEN
Image: www.energeo.ch

 

1 Stern2 Sterne3 Sterne4 Sterne5 Sterne 1 Vote(s), Durchschnitt: 5,00
Loading...