?

C’est à Winterthur qu’avait lieu, le 3 septembre dernier, la septième édition du Swiss Green Energy Symposium (SGES). Cet évènement rassemble tous les ans des curieux de tous horizons pour encourager le dialogue et la collaboration pour une résolution durable et équitable des divers enjeux sociétaux. Le SGES s’est établi comme une occasion pour l’économie, l’administration et les OGNs de partager leurs solutions, projets ou autres stratégies pour répondre aux Objectifs de Développement Durable de l’ONU. La digitalisation s’impose de plus en plus comme vecteur de solution.

Premièrement, la digitalisation informe. La révolution digitale permet aujourd’hui de détecter, mesurer et analyser les besoins de la nature avec une précision inégalée. Si la marche du temps nous confronte aujourd’hui à la menace du réchauffement climatique, nous n’avons pas besoin de regarder avec nostalgie dans le passé. Les solutions naissent aujourd’hui. Les données qui nous parviennent des satellites, de drones, ou autres, nous permettent de comprendre chaque jour un peu mieux les changements des courants marins, la propagation des sècheresses ou la progression des feux de forêt.

La digitalisation permet de décarboniser nos économies et respecter l’accord de Paris sur le climat. Le secteur de l’énergie doit se libérer de son empreinte carbone. Les sources d’énergies renouvelables s’imposent comme réponse à ce problème, mais elles ont besoin d’un coup de pouce pour leur intégration. La digitalisation le leur offre. Le SGES l’a illustré avec l’exemple d’un chauffage non fossile. Se chauffer sans émissions est chose possible. Mais pas n’importe comment. Cela requiert l’organisation et la gestion de la multitude de facettes qui forment un bâtiment, tant pour la planification de travaux que dans l’utilisation quotidienne. Heureusement, la digitalisation permet, chaque jour d’y arriver un peu mieux. Il faut encore que l’on utilise encore mieux les données, que l’on informe tout un chacun des avantages qu’elle apporte et que l’on facilite son intégration aux différents éléments des bâtiments. Ainsi, elle permettra aux pompes à chaleurs, aux réseaux électriques et aux panneaux solaires d’alimenter des bâtiments décarbonisés si l’on utilise la force des données et les informations de la meilleure des manières. Pour cela, une infrastructure pour les données et des solutions basées sur la technologie des plateformes sont centrales.

Samuel Devuyst, stagiaire universitaire Digital Innovation Office OFEN

1 Stern2 Sterne3 Sterne4 Sterne5 Sterne 1 Vote(s), Durchschnitt: 5,00
Loading...