Produire de l’électricité à partir de chaleur industrielle


L’activité industrielle rejette, sous forme de chaleur, plus de 20% de l’énergie consommée. Alors que des solutions existent pour récupérer la chaleur à haute température (turbines à gaz, chauffage industriel), peu de technologies rentables transforment la chaleur inférieure à 100°C en électricité. Cette chaleur basse température représenterait pourtant, au niveau mondial, suffisamment d’énergie pour alimenter tous les foyers en Europe et aux Etats-Unis.

OsmoBlue, une startup lausannoise fondée en 2013, a imaginé une machine thermique capable de valoriser ce potentiel énergétique aujourd’hui perdu. Chaque centrale de biomasse ou de production de ciment pourrait ainsi produire de 100 kW jusqu’à 1 MW d’électricité à partir de ses pertes thermiques, pouvant alimenter l’équivalent de 100 à 1000 foyers.

Ici, l’approche est très différente des machines à vapeur traditionnelles. OsmoBlue utilise le pouvoir de l’osmose pour produire l’énergie. L‘osmose est un phénomène naturel, qui induit un flux d’eau entre deux liquides ayant des concentrations en sel différentes. OsmoBlue convertit l’énergie mécanique de ce flux osmotique en électricité grâce à une simple turbine à eau. Après osmose, la chaleur permet de régénérer les fluides pour répéter le procédé, et ainsi fonctionner en boucle fermée.

La technologie d’OsmoBlue présente deux avantages importants: le fluide développé en interne, non toxique, est respectueux de l’environnement; et la machine n’est constituée que d’équipements industriels standards tels que des pompes, une turbine à eau, ou une membrane d’osmose, ce qui permet de limiter les coûts de construction. OsmoBlue vise à délivrer des licences d’exploitation à des entreprises de construction clés en main.

Grâce au soutien du programme de pilote et de démonstration de l’OFEN, OsmoBlue a construit, en automne 2015, son premier prototype capable de produire quelques Watt électriques à partir d’eau chaude à 80°C. Une première étape essentielle vers un projet pilote puis l’industrialisation. OsmoBlue recherche aujourd’hui pour la suite de son projet des partenaires industriels, ayant une expertise en construction et installation de procédés hydrauliques, pour développer la machine à plus grande échelle dans une usine.

Elodie Dahan, co-fondatrice d‘OsmoBlue

Photo: OsmoBlue