?

Dans le cadre du suivi du nouveau Règlement d’eau binational signé en octobre 2017 lié à l’exploitation des 3 aménagements hydroélectriques du Doubs franco-suisse Le Châtelot, Le Refrain et La Goule, les autorités franco-suisses regroupées sous la forme d’un Comité de pilotage ont mis en place un Comité de suivi environnemental, composé des parties intéressées dont les représentants des associations environnementales et des pêcheurs suisses et français.

Son but constitue un cadre de suivi, d’information et d’échange entre ses membres concernant notamment les incidences des activités hydroélectriques sur le milieu aquatique.

Après une réunion inaugurale en novembre 2018 qui a permis de définir le cadre de travail de ce nouvel organe commun franco-suisse, la 2ème séance du Comité s’est tenue le 26 mars dernier à Le Russey (France), réunissant, comme défini dans le cahier des charges du Règlement d’eau, 5 ONGs françaises et suisses, les représentants des 3 exploitants et les autorités du Comité de pilotage, soit près de 25 personnes.

Cette configuration permet encore d’avoir un échange étroit où la matière peut être traitée.

Outre les dossiers actuels liés à l’exploitation et à l’hydrologie du Doubs, cette séance s’est principalement focalisée sur le monitoring (1ère année des 5 ans prévus), le rapport 2018 des 3 exploitants des barrages et une étude sur l’aménagement du refrain (EDF) permettant de maintenir un niveau d’eau satisfaisant dans un des bras du Doubs, quelle que soit l’exploitation de la centrale.

Cette réunion a permis un échange intéressant et constructif entre les diverses parties, et pour les ONGs de mieux comprendre ce système complexe de gestion de 3 aménagements en chaîne et de saluer les efforts entrepris. Le Comité de suivi environnemental s’exerce sur une première période de 5 ans correspondant à la durée prévue du monitoring. Un bilan sera ensuite effectué pour voir si des mesures complémentaires sont encore nécessaires.

Compétence, concertation, communication: 3 mots-clés pour un objectif transfrontalier réussit, à condition que tous les partenaires tirent à la même corde.

 Alexandre Oberholzer, section Force hydraulique, OFEN

 Le Doubs a une frontière commune entre la France et la Suisse d’une longueur de 40 km. Sur ce tronçon d’une remarquable biodiversité, 3 centrales hydroélectriques de 3 exploitants différents produisent de l’énergie électrique pour environ 185 millions de kilowattheures d’énergie locale, propre et renouvelable, soit la consommation de plus de 40’000 ménages.

 

1 Stern2 Sterne3 Sterne4 Sterne5 Sterne 1 Vote(s), Durchschnitt: 5,00
Loading...