?

Le 13 octobre 2017 fut une belle et importante journée à Biaufond, à la frontière France-Neuchâtel-Jura, dans le cadre du Doubs franco-suisse. En présence notamment du Préfet du Doubs (France) et du Directeur de l’OFEN (Suisse), ce jour a marqué d’une pierre blanche la signature du règlement d’eau. Cinq ans de labeur, de difficultés, d’avancées rapides, de blocages temporaires pour enfin atteindre son aboutissement. Concilier une production hydroélectrique de qualité de 185 millions de kilowattheures (consommation électrique de plus de 40’000 ménages) et garantir une qualité écologique et environnementale du Doubs franco-suisse, c’est possible.

Le premier règlement d’eau de 1969 est mort, vive le règlement d’eau de 2017! Mais un an après, qu’en reste-t-il? Qu’a-t-on appris? Quel retour d’expérience?

Entré en vigueur officiellement le 22 novembre 2017, le règlement d’eau montré pour le moment sa robustesse, c’est-à-dire qu’il a permis une bonne gestion d’amont en aval sur les trois ouvrages hydroélectriques concernés du Châtelot, du Refrain et de La Goule, soit sur un linéaire de 40 kilomètres. S’il y a eu ici et là quelques échouages de poissons, de faible ampleur, c’est sans commune mesure par rapport aux épisodes du début des années 2010. Par ailleurs, la gestion de la retenue du Châtelot et ses 20 millions de m3 a permis de traverser cet été particulièrement sec en fournissant un débit d’étiage essentiel dans le tronçon aval du Doubs franco-suisse. Lors des séances du Comité de pilotage et des séances d’information, les autorités et les associations ont pu apprécier les bénéfices de ce nouveau règlement d’eau, même s’il peut être perfectible.

C’est notamment le monitoring du règlement d’eau, se déroulant sur une période de 5 ans, qui montrera si des améliorations sont nécessaires, par des mesures d’exploitation ou des mesures constructives sur les aménagements. D’ici là, la gestion quotidienne des débits du Doubs franco-suisse est bien cadrée et un travail étroit et en confiance se fait entre opérateurs hydroélectriciens et autorités des 2 pays

Alexandre Oberholzer, responsable pour le Doubs franco-suisse OFEN

1 Stern2 Sterne3 Sterne4 Sterne5 Sterne Noch keine Bewertungen
Loading...
0 Antworten

Hinterlassen Sie einen Kommentar

Wollen Sie an der Diskussion teilnehmen?
Wir freuen uns über Ihren Beitrag!

Schreiben Sie einen Kommentar

Ihre E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahren Sie mehr darüber, wie Ihre Kommentardaten verarbeitet werden .