Watt d’Or 2018: Heimatland et sécurité de l’approvisionnement


Dans la période de transition que nous vivons se pose immanquablement la question de la sécurité de notre approvisionnement en énergie. Lorsque l’on aborde ce sujet, on parle volontiers d’électricité. Mais il importe de parler d’énergie car l’essentiel de notre consommation est d’origine fossile et dépend de l’importation.

Deux enjeux y sont directement liés. Un enjeu climatique d’une part, avec la mise en œuvre de nos engagements internationaux en matière de réduction de nos émissions. Et un enjeu économique d’autre part, avec une facture – qui se compte en milliards. Sur les 40 dernières années, en moyenne plus de 5 milliards par année pour les énergies fossiles. Avec cela une exposition considérable aux variations de prix du fossile : Une variation de 10$ sur le cours du baril de pétrole représentant une facture annuelle de 800 millions de CHF pour le consommateur final suisse. Hors, tant dans le bâtiment que dans la mobilité – nos principaux émetteurs de CO2 – le fossile n’est progressivement plus une contrainte ni une fatalité.

La sécurité d’approvisionnement est assurée lorsque la quantité d’énergie nécessaire est disponible au bon moment, dans la qualité requise et à un prix abordable pour un consommateur, un quartier, une région voire un pays.

Pour y répondre, il importe de procéder à une analyse appropriée de l’adéquation du système en intégrant les ressources et productions disponibles, les capacités de transport, de transformation, de stockage, de distribution et de gestion de la demande. Sans une considération de l’adéquation de l’ensemble du système, celui-ci sera dimensionné, voire surdimensionné, pour absorber la pointe, ce qui s’avère très coûteux.

L’intégration dans un réseau plus large, que ce soit dans le quartier, la région, ou les pays voisins permet de renforcer encore cette sécurité et de valoriser les différentes flexibilités à disposition. La Suisse l’a fait avec beaucoup de succès par le passé et sera encore en mesure de l’exploiter à l’avenir. Pour ce faire, la Suisse, de par sa situation géographique, se doit d’échanger. Ceci est également relevant pour la sécurité des investissements importants réalisés par des acteurs suisses dans les pays européens, en particuliers dans des installations de production renouvelable.

Benoît Revaz, Directeur de l’OFEN

 

Schreiben Sie einen Kommentar.

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s