(La centrale solaire de Mont-Soleil a 25 ans


(Concours terminé – Wettbewerb beendet)

La centrale solaire de Mont-Soleil fête cette année ses 25 ans d’existence, un événement important pour cette installation pionnière. Le moment idéal pour s’entretenir avec Jakob Vollenweider directeur de la Société Mont-Soleil.

Monsieur Vollenweider, quelle est la raison du succès de la centrale de Mont-Soleil depuis 25 ans?
Je pense que c’est avant tout la durabilité, dans le domaine économique, écologique et social. C’est aussi le fait que nous, les initiateurs de cette centrale solaire, qui avons à l’époque inauguré la centrale avec le conseiller fédéral Adolf Ogi ministre de l’énergie, sommes toujours là et pouvons fêter les 25 ans de la centrale. C’est une preuve de la durabilité.

Durant toutes ces années, est-ce que des changements techniques ont été nécessaires?
La centrale fonctionne encore aujourd’hui sans problème avec les mêmes panneaux. En 25 ans, nous avons eu une perte de performance d’environ 5%, ce n’est vraiment pas grand-chose. Ceci montre qu’une centrale vieillit lentement. Pas comme les initiateurs qui sont maintenant tous grisonnants. Actuellement, il n’y a pas de raisons de changer les panneaux.

Est-ce que la centrale est maintenant arrivée à l’âge adulte?
Clairement, nous avons eu des maladies infantiles au début, mais depuis là, nous n’avons plus eu de gros problèmes. La centrale est maintenant adulte, aussi au niveau de la technique, mais elle fonctionne presque comme au premier jour. Elle est prête pour rester encore des années en service.

Le domaine du photovoltaïque a beaucoup évolué ces dernières années, est-ce que la centrale garde toute son importance dans le domaine de la recherche?
Ce qui a principalement changé dans le domaine du photovoltaïque, c’est les coûts. Par rapport à 25 ans en arrière, les coûts ont diminué de 90%. Actuellement le prix des panneaux représente encore le dixième de ce que cela coutait en 1992. Nous pouvons expliquer cette différence de prix par le volume de production des panneaux, il y a un effet de quantité. Il y a maintenant aussi des autres méthodes de construction. Ce qui a permis cette réduction. C’est la raison pour laquelle le photovoltaïque au niveau mondial, mais aussi chez nous, est en pleine expansion. Chaque année en Suisse, une puissance d’environ 250 MW est installée, ce qui est beaucoup plus que les autres technologies en Suisse. Du point de vue de la technique, durant les 25 dernières années, il n’y a pas eu de changements aussi significatifs que ceux observés pour les coûts. Il y a eu des améliorations intéressantes au niveau de l’efficacité, mais celle-ci n’a pas été multipliée par dix. Elle n’a pas augmenté de 1000%, mais peut-être seulement de 30%. Les coûts sont vraiment la différence principale.

Est-ce que la centrale a su garder son statut de pionnière au fil des années?
Après la construction de la centrale nous ne l’avons pas seulement laissé fonctionner. Nous avons toujours essayé de faire quelque chose de nouveau, et de là est apparu «l’esprit Mont-Soleil» qui est en lien avec la société Mont-Soleil. Nous avons toujours voulu donner de nouvelles impulsions au niveau de la recherche et de l’évolution. Par exemple, nous avons aidé à la création du catamaran solaire Mobicat sur le lac de Bienne, au développement de l’installation solaire sur le Stade de Suisse à Berne qui a été distingué avec le Prix Solaire Suisse et le Prix Solaire Européen 2005. Nous avons initié des projets à haute altitude, comme sur le Jungfraujoch ou au Petit Cervin. Nous avons aussi collaboré avec Bertrand Piccard et André Borschberg dans le cadre de Solar Impulse. Cela fait partie de notre esprit pionnier. Nous essayons de garder notre centrale au top et de travailler sur de nouveaux projets.

Qu’elle est l’importance de centrale avec la généralisation de l’énergie photovoltaïque?
Nous collaborons avec la Haute école spécialisée de Berthoud avec qui nous avons, depuis des dizaines d’années, récolté des informations sur le fonctionnement de la centrale solaire de Mont-Soleil. C’est une exception au niveau mondial, nous sommes une source d’information importante dans le domaine concernant des données d’exploitations d’une grande centrale. Cela intéresse les spécialistes au niveau international.

Quel rôle international joue la centrale?
Un grand volume des panneaux solaires est actuellement construit du côté de l’Orient. Pour la Suisse, il est important de continuer de faire de la recherche afin d’apporter notre plus-value. Mais en ce qui concerne la production de matériel, il ne faut pas nous faire d’illusions, nous sommes trop chers ici. Il est important de vraiment miser sur la recherche afin de rester compétitif à l’international avec notre pays. A Mont-Soleil, nous allons continuer les tests de panneaux internationaux au niveau scientifique. Nous voulons aussi pouvoir montrer à la population ce qui se fait ailleurs, c’est un de nos devoirs d’information, que les gens puissent voir les développements futurs. Les visiteurs sont très intéressés à voir ce qu’il se prépare pour l’avenir du photovoltaïque.

Votre rôle dans le domaine de la recherche restera-t-il très important aussi à l’avenir?
Un nouvel aspect va rapidement arriver, l’intégration de l’électricité solaire au réseau électrique et son stockage. Il est bien connu que la production d’électricité solaire n’est pas continue, et qu’il faut adapter cela au réseau électrique. On essaie de construire un réseau Smart Grid, où l’on peut stabiliser la production d’électricité, l’harmoniser avec des solutions de stockage d’électricité. C’est un sujet très important sur lequel nous allons travailler au Mont-Soleil.

Quels sont les défis qui vous attendent encore ces prochaines années?
Nous sommes convaincus qu’à Mont-Soleil, nous sommes idéalement positionnés au niveau géographique. Nous avons le projet Swiss Energypark, un réseau de type Smart Grid, sur le réseau de distribution de la Société des Forces Electriques de la Goule pour une population de quelque 12 000 habitants. Mont-Soleil est vraiment au centre de ce réseau où nous prenons en compte tous les composants avec une production non continue dont nous disposons, les installations photovoltaïques, éoliennes et hydroélectriques. Là, nous pouvons effectuer des tests et montrer au visiteur comment cela fonctionne. Il est possible de le montrer dans la réalité et pas seulement sur un écran. Je pense que c’est important que la population puisse se rendre compte des défis de l’avenir.

Interview: Fabien Lüthi, communication OFEN

Concours terminé – Wettbewerb beendet

Solution:

Quelle est la surface occupée par les panneaux photovoltaïques dans la centrale de Mont-Soleil ?

4575 m2


Lösung:

Wie gross ist die Solarzellenfläche des Sonnenkraftwerks Mont-Soleil?

4’575 Quadratmeter