L’appel de l’étranger


Depuis les années 70, les grandes entreprises de production d’électricité suisses participent à la production ou produisent eux-mêmes de l’électricité à l’étranger. Depuis le début du 21e siècle, le phénomène s’accentue encore, avec l’essor des énergies renouvelables. Nous avons demandé à trois grands producteurs
suisses qu’est-ce qui rendait l’étranger si attractif.

La participation d’entreprises suisses dans la production d’électricité à l’étranger n’est pas une nouveauté. En 1972, les
exploitants suisses Alpiq, Axpo et BKW fondait le consortium CNP (Centrales nucléaires en participation SA). Un contrat
est alors signé avec EDF pour bénéficier d’un droit de tirage sur la centrale nucléaire française de Fessenheim. En 1985, un second contrat est signé entre CNP et EDF pour formaliser l’acquisition d’un nouveau droit de tirage lié au fonctionnement de la centrale nucléaire de Cattenom. Au total, ces deux contrats assurent à CNP
un approvisionnement annuel en électricité de l’ordre de 5,8 TWh.

Depuis le début des années 2000, avec l’arrivée sur le marché des nouvelles énergies renouvelables, les principaux acteurs du marché helvétique ont rapidement augmenté leurs engagements internationaux en achetant, en implantant ou en obtenant des participations dans des centrales. Ils ont lorgné sur des pays où l’implantation de centrales électriques était plus aisée qu’en Suisse.

Retrouvez la suite de cet article dans notre magazine ENERGEIA, No 1/2016. (luf)

Le parc off-shore Global Tech 1 est situé en mer du Nord. (Source: Axpo AG)

Nord. (Source: Axpo AG)