Les systèmes de mesure intelligents et la protection des données


L’introduction des systèmes de mesure intelligents (smart metering) est sujette à controverse. Hanspeter Thür, préposé fédéral à la protection des données et à la transparence, explique dans cette interview comment protéger suffisamment la sphère privée des consommateurs.

M. Thür, que pensez-vous de l’utilisation du système de mesure intelligent?

Le smart metering représente une infrastructure importante pour augmenter l’efficacité énergétique et pour sortir du nucléaire. Nous nous basons en l’occurrence sur l’appréciation de spécialistes en énergie. A mes yeux, il est évident que le smart metering offre des avantages dans ce domaine et peut générer des gains d’efficacité malgré les doutes de certains critiques. Lors de la conception des solutions avec le système de mesure intelligent, il s’agit de veiller à ne pas violer les droits de la personnalité ni la sphère privée des consommateurs d’énergie. J’estime néanmoins que le smart metering peut en principe s’utiliser en respectant la protection des données.

Quels risques voyez-vous?

Utilisé sans restrictions, le smart metering permettrait de déterminer la consommation électrique avec une telle précision que, le cas échéant, on pourrait même savoir quels appareils fonctionnaient, et à quel moment. On obtiendrait un profil détaillé pour chaque ménage. Qui se lève et à quelle heure? Quand enclenche-t-on la machine à café? Quand est-ce qu’on prend une douche? A partir d’un profil de charge détaillé, on pourrait décrire le déroulement de la journée dans un ménage. Voilà ce qui me préoccupe dans le smart metering.

Retrouvez l’interview complète dans notre magazine
(energeia, No 1/2015)