La surabondance de pétrole fait chuter les prix

Quatre fois par année l’OFEN publie un rapport sur l’évolution des marchés des énergies fossiles. La nouvelle version vient de paraître, elle fait la part belle au pétrole actualité oblige. Voici un court aperçu de son contenu:

  • la demande pétrolière mondiale ne progresse que de 0.6 millions de barils/jour (mbj) en 2014, en raison d’un tassement de la conjoncture dans nombre de régions. La hausse avoisine 1 mbj pour l’offre globale et même 1.6 mbj pour ce qui concerne la production pétrolière en Amérique du Nord, selon l’Agence Internationale de l’Energie (AIE). Le déséquilibre entre offre et demande va croissant et il explique en bonne partie pourquoi entre mi-juin et mi-novembre 2014, les prix pétroliers ont chuté d’environ 30%. La décision de l’OPEP du 27 novembre 2014 de maintenir son plafond de production inchangé à 30 mbj risque fort d’accentuer ce déséquilibre et donc le recul des prix pétroliers.
  • en Suisse, on observe une forte baisse des besoins en combustibles en 2014, en réaction à des conditions météorologiques nettement plus clémentes que l’an dernier (à l’exception de juillet et août). De janvier à septembre 2014, la demande de carburants routiers a également reculé, surtout au cours de ce qui fut l’un des étés les plus pourris jamais enregistrés.

Pour en savoir plus et lire le rapport complet, en français et en allemand, rendez-vous ici.

Vincent Beuret, section Approvisionnement énergétique et monitoring